Au gre de mon temps, ...

Un peu de ma vie bretonne, mes passions, mes envies en broderies, cartonnage, patch, mon jardin...

27 juin 2006

Tahiti, côté verdure.

Tout le monde ici, s'étonne que nous ne soyons pas encore allés à Mooréa, l'île " en face" de Tahiti, à un peu moind d'une heure en bateau.

Ca ne va pas tarder, rien ne presse. Nous éprouvions d'abord le besoin de découvrir Tahiti un peu, avant d'aller faire du tourisme sur les autres îles.

Certains vous diront que l'on fait le tour de l'île en une heure et demi  et qu'il n'y a pas grand chose à voir. Je trouve cela très surprenant.

Pour qui ne cherche pas c'est vrai, mais pour les autres, de beaux paysages, des sites archéologiques, des jardins, des cascades, des points de vues et quelques ballades en montagne nous font souvent sortir de chez nous, le week-end.

   

Le touriste vert n'est pas très développé, ici. Les intérieurs de l'île sont laissés pour compte. Le tourisme est tourné principalement vers la mer. Aucun GR n'est, et ne sera d'ailleurs pas établi dans les années qui viennent. Quand on a connu la Réunion et ses sentiers, c'est vraiment très décevant.

Là-bas, chaque vallée à sa piste dans la rivière, beaucoup de chemins à flanc de montagne, pour découvrir une cascade, un cirque, un point de vue. Le tourisme à la Réunion est un  plaisir simple qui ne coûte que ce que vous voulez payer: j'entends par là les ampoules  à force d'avoir trop marcher, la sueur de l'effort entrepris et surtout la fierté d'arriver, la force de vaincre sa fatigue et l'ivresse d'embrasser un spectacle si mérité. Une carte, à l'occasion un "guide du R.. " ou similaire et en route.

 

L'accès pour chaque site, point de vue, chemin de randonnée est fléché, répertorié, commenté, bref un régal pour n'importe quel randonneur novice.

Ici, à part quelques exceptions, l'intérieur de l'île n'est accessible que moyennant finances et pas des moindres car il faut quasiment tout le temps être accompagné de guides. C'est vraiment dommage.

Il a fallu chercher chaque site que nous avons visité. Malgré les indications de nos guides, 'je parle des livres", nous avons presqu'à chaque fois, cherché notre chemin à croire que tout doit rester caché. Très peu de panneaux, ou si par miracle il y en a, ils ne sont pas très visibles.

Difficile de ne pas se décourager. Une île aussi belle, quel dommage! Aucune volonté n'est mise en avant pour donner l'envie de découvrir son l'intérieur.

Pourtant par bien des côtés, les montagnes ici ressemblent beaucoup aux montagnes réunionnaises.


26 juin 2006

On est déjà lundi.

 

Et oui, dernière semaine de tranquilité.

Enfin quand je dis dernière semaine,  c'est plutôt derniers jours.

Ma fille arrive en vacances, mercredi midi pour six semaines. Enfin là aussi, c 'est plutôt mardi soir après l'école. Parce que mercredi, la maîtresse a dit que ceux qui voulaient rester chez eux, ..... Super!

Ici, le mercredi matin, il y a école comme le vendredi matin. Quand le vendredi est vaqué, la semaine est donc de trois  jours et demi.

Nous avons fait un gâteau au yaourt- chocolat, avant de dîner. Demain, la maitresse organise un goûter de fin d'année.

En plus, DH est là jeudi. C'est un jour chômé et férié en Polynésie Française. Ils fêtent leur autonomie interne. Je ne vous en dirais pas plus. Je viens de l'apprendre ce soir et je n'ai pas eu le temps d'approfondir la question.

Voilà, c'est partie pour un mois et demi de vacances...

 

22 juin 2006

Encore un

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de ma Maman:

On ne donne plus l'âge d'une femme passé cinquante ans, à ce qu'il parait. Alors, je ne faillirais pas à la règle.

L'année prochaine, elle passera à la dizaine supérieure, et j'ai déjà une large idée sur le cadeau que je lui ferai.

En attendant, une petite carte est partie. Son cadeau, lui, est déjà arrivé. Elle était enchantée de le recevoir.

Je ne résiste pas à vous montrer encore une fois la photo de sa "Celtic Summer" mais sur son mur. Et si vous voulez revoir les étapes de sa réalisation, c'est ici.

De l'autre bout du monde, nous te souhaitons un

20 juin 2006

Aujourd'hui, on repart

Quelques années auparavant, sur une autre île: la Réunion.

Grand Bassin est un endroit exceptionnel, retiré de la civilisation moderne. Les conditions de vie sont hors de notre temps: pas de route pour y accéder, pas d'électricité (un oubli de l'état) et pourtant quelques familles vivent encore ici, à plein temps. Les autres remontent pour la semaine et n'y reviennent que les WE.

Un belvédère construit au-dessus du vide, nous donne une vue d'ensemble à laisser sans voix. Les maisons paraissent bien petites, même la cascade de gauche est en miniature. Faut pas avoir le vertige!

La seule possibilité d'y accéder reste le chemin qui plonge dans les 1700m de dénivelé. Un monte-charge dont on croise les câbles dans notre descente, existe pour les besoins des autochtones.

Nous avions passé une nuit en bas chez l'habitant. La descente fut un peu longue, mais pas désagréable.

Vous vous rappelez la cascade minuscule. Elle grandit à vue d'oeil.

La civilisation aussi, se rapproche.

Heureusement, nous avions croisé quelques randonneurs dans notre descente. On se sent facilement bien seul, perdu dans cette nature. Heureusement, les chemins de randonnées réunionnais sont parfaitement balisés.

Pas de télé en bas, juste la nature et la curiosité qui a amené les plus courageux d'entre nous, jusqu'à la cascade qui avait grandi sous nos yeux pendant notre descente. Elle est de belle taille vue de près.

Après un repas créole illuminé au courant produit par un générateur, direction dodo car il fallait remonter le lendemain.

La dame qui nous recevait, disait qu'en moyenne, ils mettaient trois quarts d'heures pour remonter. Moi, j'ai mis trois bonnes heures, un calvaire. Il faut dire que je profitais bien de la cuisine réunionnaise depuis quelques années. De plus, le dénivelé était plus que rude.

On croisa un monsieur qui s'entraînait pour le Grand Raid (une course à pied annuelle qui traverse l'île du sud-est au Nord-ouest) au début de notre remontée. Et pour me narguer sûrement, il nous doubla pendant notre ascension en courant.

Mais le plus rageant, c'est qu'il poussa le vice à refaire un deuxième tour sous notre nez! Quelle endurance!

Un peu plus tard cette année-là, nous vîmes à la télé qu'il était le number one du Grand Raid, titre qu'il endossait régulièrement.

19 juin 2006

des nouvelles de Titania

Une envie de la terminer m'a pris, ce matin. Il faut dire que pour ne pas l'oublier, je l'ai laissé presque sous mes yeux à plein temps.

 

 

Mais plutôt que des mots, je vous laisse l'admirer.

 

190606

Maintenant, il va falloir cogiter l'encadrement. J'ai déjà quelques idées.

A bientôt pour une photo finale.


18 juin 2006

bonne fête mon Papa Chéri

En ouvrant un oeil ce matin, ma fille était là aux pieds du lit me demandant quand elle offrait ses cadeaux.

Les cadeaux? .... Ah oui, laisses moi deux minutes, j'arrive.

En pyjama, elle déboule dans le salon et moi plus ou moins réveillée à sa suite. Il faut dire qu'ici, c'est dimanche matin et que son papa est dans sa méridienne, collé au poste TV devant le France- Corée diffusé en direct. Ouf, c'est la mi-temps.

Elle donne ses cadeaux, récite fièrement sa poésie et prend quelques photos toute seule. Voilà, elle vient me demander avec le sourire de sortir ses photos sur son ordi et son père repart vers son match de foot. On a évité l'incident diplomatique!!!

0

Je souhaite aussi une bonne fête à mon papa chéri. Il n'y a pas d'âge pour cela. Comme il aime bien les cartes postales avec de beaux timbres et des jolis cachets dessus les enveloppes. Surveilles ta BAL (boite aux lettres) papa.


Posté par Gaëlle - Laisser votre commentaire [2]

17 juin 2006

Une journée bien remplie

Notre journée a commencé ce matin de bonne heure avec la récupération, au marché de Papeete, de la couronne pour le spectacle de l'après midi.

Début d'après midi, la nervosité monte d'un cran; la jupe, le haut, le maquillage, la couronne, un petit bijou. Elle est toute belle ma Miss!

Bon, quelle l'heure est-il? On a le camescope, l'appareil photos... On va être en retard ...Mais non, c'est bon. On a le temps.

Nous y voilà. Direction l'arrière scène pour mettre la couronne de taille en feuilles tressées. Nous, nous asseyons, et Fifille va rejoindre ses copines.

Le spectacle commence avec les petites qui font leur entrée et dansent toutes seules comme des grandes. Des petits bouts de 5 à 8 ans.

Viennent les grandes (8 - 11 ans) dont ma fille et leur "tutuki" (toutouki). C'est ma préféré, autant pour la chanson que pour la Chorégraphie.

Dès que les grandes sont sorties, les ados prennent la relève suivies des mères.

Le final  regroupe tout le monde.

Une demi-heure de spectacle non-stop. Elle est passée si vite.

Encore, nous en voulions encore. C'était tellement beau, si bien pensé, si bien dansé. Les sourires sur les visages des danseuses en disaient longs et sur ceux des spectateurs aussi.

Bravo à toutes!

Il ne restait plus qu'à rentrer finir de préparer les petits fours, regarder le film du camescope et les photos (vive la technologie),

En attendant nos invités pour souffler les bougies de mon gâteau d'anniversaire.

 Même p'tit minou ronronnait de tout son coeur quand ma fille n'a pas trouvé mieux que de lui faire essayer sa couronne.

 

16 juin 2006

Et ma serviette

J'ai bien avancé mes petits bonhommes. Deux sont finis. Le dernier est en bonne voie:

 

Ils sont vraiment très colorés.

Il ne me restera plus que la bande étroite de la serviette à faire.

Je vais fouiller dans mes magazines. A bientôt pour la suite.

15 juin 2006

une belle surprise

Une belle enveloppe de Bretagne m'attendait dans le courrier ce soir: une lettre de Coco ,avec une surprise!

Je vous laisse la découvrir,

Il est superbe. J'adore le bleu et le thème de la mer est l'un de mes préférés. Je l'ai installé sur le coté de mon écran.

Je suis touchée. Encore

La dernière ligne droite.

Aujourd'hui, c'est la répétition générale . Le spectacle de fin d'année du cours de danse de ma fille a lieu samedi après-midi.

 Miss est impatiente. Elle ne sait plus marcher mais danse presqu'à chaque pas dans la maison. J'espère qu'elle va se calmer après le spectale. Elle m'a déjà annoncé qu'elle reprenait la danse, à la rentrée.

Je l'accompagne presque à chaque fois. Nous sommes quelques mères comme cela. Je m'installe dans un coin avec ma broderie. Certain jour, je les regarde pendant toute la séance. D'autres fois, je brode.

Cela me rappelle mon enfance et mes cours de danse classique, quelques bonnes dizaines d'années en arrière. La grande glace où l'on se regardait évoluer existe aussi ici même s'il manque la barre fixe. Mais, je retrouve les mêmes réactions, la fatigue, l'euphorie, la lassitude... J'aimais, j'aime cette atmosphère.

Aujourd'hui, tous les niveaux d'âge étaient présents, de six à plus de cinquante ans.

Pas simple, quand on a répété pendant des heures avec son groupe, de devoir composer avec d'autres groupes qui n'ont pas la même chorégraphie mais qui évolue sur la même musique, tout cela en gardant le rythme et ses repères.

J'ai hâte de voir tout ce petit monde évoluer en costume.

Vivement samedi après midi.