Au gre de mon temps, ...

Un peu de ma vie bretonne, mes passions, mes envies en broderies, cartonnage, patch, mon jardin...

16 janvier 2007

Galette des rois

Au club ce matin, le moment y est propice. Pas de photos, j'avais oublié mon APN. Mais le principal était avec moi, galette et cidre.

Pluie diluvienne et embouteillages pour amener ma fille à l'école ce matin( 40mn), cela met en forme. Si j'avais su , j'aurais pris mes petites affaires et serait allée au club directement.

Il a fallu que je refasse quasiment le même trajet une demi heure plus tard. Cette fois-là , un peu moins de pluie et d'embouteillage: Vive Tahiti.

Laissons là les énervements matinaux et parlons petites croix.

J'ai fini le milieu entre le tableau et l'hippocampe.

 

Je me suis tournée pour la suite, vers les couleurs jaunes du soleil: celui qui nous fait défaut à Tahiti.


15 janvier 2007

cyclone et pandanus

Et oui, une horreur!

Beaucoup de pluie et de vent depuis une semaine maintenant. Un vrai temps de ... On ne va pas se plaindre. C'est la saison des pluies et l'année dernière, nous avions eu trois semaines quasiment sans soleil. Cela dit, il fait bon, même si du coup la températures baisse, nous avons quand même 25-27° en journée. Le lagon a perdu tout son charme, il faudra attendre pour la carte postale idyllique.

La responsable: une gigantesque dépression au-dessus de nos têtes qui semble s'y plaire... Tant qu'elle ne se transforme pas en tempête tropicale, prémisse au cyclone.

Un week-end à rester à la maison donc, en avant pour une journée de tressage. Je souhaitais faire un petit panier pour mettre dans mon grand. Vous vous souvenez mon premier chef-d'oeuvre (lol) en pandanus.

Je me suis donc attaquée à ma miniature. Tissage droit pour l'intérieur:

 

Mais pour corser le tout, j'ai essayé un tissage en diagonal pour l'extérieur.

Encore une idée de génie, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué! Après m'être reprise, je ne sais plus combien de fois, j'ai quand même réussi à arriver au bout.

Je n'ai jamais eu d'explications pour cette façon de tisser, à peine vu les gestes de départ par une mama. Plein de défauts mais pas si mal que cela pour une première.

Voilà la préparation pour la couture du tour est finie.

Je sors l'aiguille et vous montrerez bientôt la petite photo finale.

Posté par Gaëlle pour Pandanus - Laisser votre commentaire [4]
Tags :

12 janvier 2007

Première impression sur Mafate

J'ai regardé une émission, l'autre soir sur l'île de la Réunion et plus particulièrement sur la vie des habitants du cirque de Mafate . Cela m'a ramené dix ans en arrière, la première fois que j'ai vu ce cirque.

Nous avions attendu que notre petite dernière est atteint l'âge de trois mois pour l'amener faire un tour dans les nuages, ou plutôt au-dessus des nuages, plus précisement sur le site du piton Maïdo.

La montée en voiture est longue et un peu pénible. Là- haut, on se croirait en Bretagne dans la lande. Pas de genêts, mais des ajoncs partout et en fleurs en plus...  On avait amené nos pulls car il ne faisait guère plus de  12-14°. En bas, nous avions laissé  28°. Heureusement, le landau est là pour la petite, habillée comme une bretonne en hiver( lol), sa tétine à la bouche, elle souriait à son doudou.

De là,  on voit la mer en bas, là-bas .... tout en bas.

Ah oui, c'est époustouflant, grandiose... Le souffle coupé, l'air peut être,... plus pur, très vivifiant... On frise les 2200m d'altitude, quand même.

Allez, on avance. Est ce qu'il y aura des nuages qui boucheront la vue du cirque?

Non, on voit tout! Chance.

Le cirque de Mafate dans toute sa spendeur.

Cette vue superbe avec en fond le Piton des Neiges, le plus haut sommet de l'île et de l'océan Indien. Derrière lui à gauche, c'est le cirque de Salazie et à droite de la photo, derrière la barre de montagnes, c'est celui de Cilaos.

Quelques maisons, toutes petites, éparpillées un peu partout. Les malfatais vivent dans des ilets, sur plusieurs petits plateaux du cirque. Ils portent de jolis noms: îlet des orangers, Aurère, Roche Plate, la Nouvelle,....

Il faut savoir que pas une route n'existe dans le cirque, une piste dans la Rivière Des Galets, côté ouest, mais qui ne va pas très loin et qui est mise à mal à chaque cyclone car, dans le lit de la rivière. Juste des chemins d'un ilet à l'autre pour se déplacer, alors, on marche et des fois dangereusement. Le ravitaillement de nourriture, les urgences et les visites de la vie quotidienne (personnel médical, instituteur,etc.. ) se font par hélicoptère.

Il y avait beaucoup de monde sur le site du Maïdo et en même temps peu de bruit, quelques voix mais tout est d'un calme étrange.

C'est le plus secret des cirques de la Réunion. Un cirque qui se mérite aussi bien pour ses habitants: la vie est rude et simple tournée vers les travaux de la terre, que pour quiconque s'y aventure.

Dh a passé un week end  à randonner du côté de la Nouvelle, Roche Plate, Marla... Quand à nous, j'entends la famille en entier, nous n'avons fait que des randos, de quelques heures à la journée complète. Avec deux enfants d'une dizaine d'années et un bébé, pas facile de partir pendant tout un week end en randonnée.

Mais je vous montrerai déjà ça. Des vues magnifiques! Des souvenirs pleins la tête même une décennie après.

11 janvier 2007

Nos voeux.

 

A chaque séjour sous les tropiques, j'aime acheter des cartes de voeux locales, pleines de couleurs et de promesses: du soleil et de l'exotisme en plein hiver, pour tout ceux à qui elles sont destinées.

Je suis comme beaucoup aujourd'hui, je n'écris presque plus. On téléphone, on maile, on se parle sur MSN à travers des milliers de kilomètres... On tape au clavier, mais prendre un stylo et coucher sur le papier les nouvelles du moment: ça je l'avoue, je fais très rarement.

C'est pour cela que chaque année passée loin des nôtres, nous envoyons beaucoup de cartes de voeux. Les garçons râlaient, DH un peu moins. Mais ce qui paraissait être une corvée au départ, finissait toujours en bon moment pour tous.

Chez nous, les cartes font un tour de table. Il est sympa de les lire au fur à mesure et d' y ajouter sa petite note personnelle. Car tout le monde y écrit quelques choses, que l'on soit le premier ou le dernier, la plus petite ou le plus vieux,( pardon le plus grand): un petit dessin; le prénom; une phrase et plus si inspiration.

Aujourd'hui, les jumeaux ne sont pas plus là pour les écrire avec nous. Mais, ils en recevront une chacun. C'est devenu pour eux un automatisme aussi, car nous avons déjà reçu les leurs. Leur soeur était aux anges.

D'ailleurs cette année, elle s'en est achetée quelques unes avec ses sous pour les envoyer... à ses copines. Pour ses frères, elle écrira sur les nôtres (comme d'habitude, elle ne perd pas le nord, notre miss).

Nous n'avons jamais été oubliés. Tous les ans, nous en recevons un certain nombre. De la traditionnelle "Joyeux Noël" qui sert par la même occasion  pour les voeux....  à une pour Noël et une autre quinze jours plus tard pour les voeux (n'est ce pas maman!), elles font toujours très plaisir.

Lors de notre séjour à la Réunion, nous recevions plutôt ceci:

Nous sommes bretons au cas où vous ne l'auriez pas remarqué!

Ici, elles ressemblent plus à cela:

Quant à nous,

Yapluqua( pardon, il n'y a plus qu'à) écrire les nôtres, nous avons le week-end pour cela.

 

En plus, elles sentent bon et les enveloppes sont très fleuries, sans oublier les timbres, de beaux timbres polynésiens. Nous avons plusieurs collectionneurs dans la famille.

Et vous, vous êtes cartes de voeux écrites avec votre plus beau stylo ou .... ?

09 janvier 2007

Pas grand chose de plus

Pour aujourd'hui, juste une coquille en plus et des points un peu partout, du point arrière aussi.

On avance!


08 janvier 2007

Et voilà

Un mois de vacances qui se termine. Ma fille a repris le chemin de l'école ce matin, et moi, je vais pouvoir reprendre mes activités.

L' en-cours du moment à finir, mes paniers en pandanus aussi. l'encadrement des mes petits anges:

Ma "midsummer night fairy" à reprendre et à terminer.

Mon hardanger aussi, quand la suite du cours me sera parvenue:

Un RR qui démarre en mars sur les Mirabillia.

Et il ne faut pas se voiler la face, quelques nouveautés sûrement, c'est pas le choix qui manque.

Une année bien remplie. Mais bon, on ne va pas se laisser déborder!

05 janvier 2007

Un petit hyppocampe

Il est fini:

 

Ouf! Beaucoup de changement de jaune et un tas de points arrière, pas simple à broder la p'tit bête, mais si mimine.

04 janvier 2007

La fin de notre voyage

L'Awaiki Nui Va'a est une course internationale de va'a à laquelle participe un certain nombre de pays du pacifique qui engage une centaine de va'a.

Elle se déroule sur trois étapes en trois jours:

Huahine - Raiatea soit 44 km dont une bonne partie en haute mer.

Raiatea - Tahaa qui se trouve dans le même lagon, cette étape est une course de vitesse.

Tahaa - Bora, la plus dure car la dernière et en haute mer: 52 km.

Les concurrents qui s'entraînent toute l'année. Les équipes sont sponsorisés par de grandes sociétés et les gagnants recoivent des sommes conséquentes.
Nous avions squatté un coin de bord de mer sur les conseils de notre loueur, nous avons donc pu admirer le passage des pirogues rejoignant le départ et, un peu plus tard, le début de la course.

Quelques heures après, nous prenions l'avion pour Raiatea, étape obligée pour un retour sur Tahiti.

Super! un détour vers une autre partie des îles de la Société.

Raiatea est aussi la fin de la première étape pour les va'a et nous avons eu le droit à un léger détour pour admirer la course en pleine mer. Merci, monsieur le commandant.

Vue de là-haut, c'est si petit dans cette immensité de bleu. C'est une course qui entraîne dans son sillage beaucoup de bateaux en plus des va'a, du simple particulier jusqu'aux bateaux de soutien des équipes.

Sur cette photo de la tête de la course prise de l'avion, je n'ai comptabilisé qu'un seul Va'a.

Raiatea se rapproche. La petite traînée blanche à gauche de la photo, représente le début de la course.

Et nous approchons rapidement.

C'est une très grande île haute qui partage son lagon avec une autre beaucoup plus petite Tahaa.

Mais nous aurons, je l'espère l'occasion d'y aller un jour, donc je vous en reparlerai. Pour l'heure, il ne reste plus qu'à rentrer.

Pas envie!!!

03 janvier 2007

Fare

Je viens de me rendre compte que je n'ai même pas terminé mon tour de l'île de Huahine.

Après Maeva, nous avions continué notre remontée vers l'aéroport pour ensuite se diriger vers le plus grand village, un peu la capitale de l'île: Fare.

C'est à Fare qu'arrivent les bateaux, c'est aussi là que l'on trouve l'unique supermarché de l'île, les deux stations services.

Comme nous sommes des fans de danse tahitienne, nous avons soulevé le rideau de la devanture rose d'une école de danse traditionnelle pour regarder les mamans s'entraîner

Quand vous êtes sur le port de Fare face à la mer, vous découvrez une chaîne de montagne qui ressemble à un profil de visage et de buste de femme.  L'on comprend pourquoi l'île s'appelle Huahine, ce qui en tahitien signifie "femme couchée".

Nous allions souvent en fin d'après-midi à Fare. Ce jour là, un concours de pêche était organisé pour qui voulait sortir en mer.

Il y avait un monde fou aussi bien en concurrents qu'en spectateurs pour la pesée du retour faite sur le quai avec la remise de trophées et de prix conséquents.

Nous avons retrouvé plus tard certaines grosses pièces à la vente sur le quai. D'autres étaient réembarquées avec peine:

Nous ne savions pas quand nous avons retenu les dates pour notre voyage qu'il y aurait l'Awaiki Nui Va'a en même temps. Ce qui nous a valu une grande animation sur le port pendant les deux jours avant le départ de cette course de Va'a internationale, ainsi que le départ en direct. Mais je reviendrai là dessus plus tard.

En attendant le jour J, les va'a arrivaient petit à petit et étaient entreposés sur le quai.

Nous on a flashés sur celui-ci:

Un bateau militaire est arrivé en soutien, transportant une quarantaine de va'a de Tahiti à Huahine.

L'arrivée de ce genre de bateau entraîne toujours l'assaut des enfants du pays qui y trouvent là un terrain de jeux traditionnels,  même s'ils se font gronder en arrivant en haut, ils plongent et adorent cela.

Voilà, il était temps pour nous d'aller prendre un petit Maitai : cocktail des îles dont je suis assez friande.

Fifille aussi est contente de s'assoir après tant de piétinements.

Comme un plaisir n'arrive jamais seul, nous voilà en osmose avec un spendide coucher de soleil sur Raiatea.

02 janvier 2007

Et si l'on revenait à nos moutons...

Enfin non..... plutôt à nos petites croix.

Pas de beaux paysages exotiques aujourd'hui, non, cela sera pour une autre fois.

Je vous passerais aussi le couplet des bonnes résolutions que toutes font en début de chaque année, entre autres finir les en-cours qui traînent. Hum, ... Il faudra sûrement que je m'y mette, enfin m'y remette. Mais,bon.....

Donc, aujourd'hui place à mes avancées de Simple Treasures.

J'ai donc continué par l'étoile de mer:

 

Très agréable et vite brodée, je voulais faire le point arrière pour souligner ses formes. j'ai donc continué vers le haut.

ensemble_23

Mais dois-je vous dire que j'ai lamentablement laissé tomber ma progression. J'ai craqué pour l'hippocampe, à droite en bas: il est si mignon. Je vous le montrerai la prochaine fois, enfin dès que je l'aurais fini.